Bienvenue sur le site du Syndicat Mixte Arguenon-Penthièvre


 

La mission de base du syndicat est de produire de l'eau potable pour les collectivités locales d'un territoire
correspondant au tiers du département et peuplé de 220 000 habitants.
Cette production se fait à l'usine de la Ville Hatte de Pléven,
à partir de la retenue d'eau de l'Arguenon.

Plaquette de présentation de l'usine de production d'eau potable

1997 : le Syndicat engage des actions sur le
bassin versant de l'Arguenon en amont de la
retenue afin de diminuer les riques de
pollution et de réduire ainsi les
traitements et les coûts.

2008 : Il engage des actions sur le bassin
versant en aval afin de préserver la qualité
de l'eau jusqu'au littoral. Ces démarches sont
conduites en partenariat avec l'ensemble
des                                                                                                                                                                                acteurs concernés par la préservation de l'eau et de
l'environnement
.

2014 : Le Syndicat met en oeuvre le Schéma d'Aménagement
et de Gestion des Eaux (SAGE) Arguenon-Baie de la Fresnaye :
un document de préconisations d'actions pour protéger la quantité
et la qualité des eaux et des milieux associés sur les bassins versants.

2015 : Le SMAP - porteur du SAGE - est chargé par les collectivités d'élaborer le PAPI du bassin versant de
l'Arguenon et de coordonner sa mise en oeuvre sans se substituer aux maîtres d'ouvrages locaux.

2017 : Mise en oeuvre des actions du PAPI Arguenon.   

 Tableau de bord du SAGE Arguenon-Baie de la Fresnaye, édition 2019

tableau de bord 2019

 

LA CONCHYLICULTURE DANS LES BAIES DE L'ARGUENON ET DE LA FRESNAYE :                   UNE ACTIVITE IMPORTANTE MAIS VULNERABLE


Le territoire du SAGE Arguenon-Baie de la Fresnaye dispose d'un littoral de près de 35 km de cotes comprenant deux baies, celle de l'Arguenon et de la Fresnaye. Ces baies sont toutes les deux remarquables du paysage breton, comprenant des sites protègés. Elles attirent de nombreuses activités économiques et touristiques. Le fort marnage des eaux permet le développement de la conchyliculture dans l'estran en rendant possible la mise en place de structures nécessaires à cette activité (élevage de coquillages).
  • LA CONCHYLICULTURE                                                                   Elle comprend deux activités sur les baies de l'Arguenon et de la Fresnaye :                                                                                         La mytiliculture : qui désigne la production de moules. Elles sont ici élevées sur des pieux appelés "bouchots" (photo baie de l'Arguenon).                                                                       L'ostréiculture : qui désigne la production d'huîtres. Elles sont élevées dans des poches grillagées fixées sur des tables (photo baie de la Fresnaye).                                                                    Sont présentes sur les deux baies, 24 entreprises de conchyliculture représentant un chiffre d'affaire de 7 millions d'euros. Près de 90 emplois directs ou indirects sont concernés.
 carte baies  photos baies
  • LA PECHE A PIED                                                                                                D'importants gisements de coquillages dits fouisseurs (vivant dans le sable) attirent de nombreux pêcheurs à pied. On peut y ramasser notamment des coques, des palourdes, couteaux...acessibles à marée basse. Cette activité historique fait partie intégrante du patrimoine local. Des informations importantes à ce sujet sont disponibles sur le site pechapiedresponsable.fr comme les zones de pêche ainsi que leur qualité sanitaire.
peche a pied 
POLLUTION MICROBIOLOGIQUE DES COQUILLAGES  

Les coquillages filtrent l'eau pour se nourrir de phytoplancton (petits organismes végétaux vivant en suspension dans l'eau). A travers ce processus, ils absorbent aussi des bactéries provenant des rivières, susceptibles de rendre malades leurs consommateurs. Ces bactéries, causant des maladies comme la gastro-entérite, proviennent essentiellement des déjections humaines ou animales. Les sources de pollutions sont diverses sur un bassin versant :

schéma pollution

Afin d'éviter que la consommation de coquillages (provenant de la pêche professionnelle ou de loisir) impacte la santé des consommateurs, un suivi est effectué par l'IFREMER (Institut Français de Recherche pour l'Exploitation de la MER) pour s'assurer de la qualité des coquillages tout au long de l'année. La concentration de la bactérie Escheria Coli (qui est un bon indicateur de la présence de micro-organismes dangereux pour la santé) est mesurée à même la chair de coquillages. A travers les résultats du suivi, un classement des différentes zones conchylicoles est effectué pour informer les pêcheurs à pied et adapter les pratiques des conchyliculteurs professionnels.

classement conchy

  • Classement "A" : la commercialisation des coquillages peut se faire directement                
  • Classement "B" : la commercialisation des coquillages est possible après passage en bassin de purification de courte durée
  • Classement "C" : la commercialisation des coquillages est possible après passage en bassin de purification de longue durée
  • Classement "D" : la commercialisation est interdite
   

UNE PROBLEMATIQUE ACTUELLE        Le suivi bactériologique d'IFREMER a mis en avant un important épisode de pollution des coquillages dans la baie de l'Arguenon et de la Fresnaye sur le mois d'octobre 2020. Il a été mesuré des valeurs supérieures au seuil de classification sur les coques et les moules dans la baie de l'Arguenon et sur les moules dans la baie de la Fresnaye. Cette dégradation a duré la moitié du mois d'octobre :

SUIVI IFREMER SUR LE MOIS D'OCTOBRE 2020

suivi IFREMER

Ces épisodes de pollution bactériologique surviennent après une intense période de pluviomètrie. Restent à définir les causes de cette dégradation.

 

             
LE PROFIL DE VULNERABILITE CONCHYLICOLE DES BAIES DE L'ARGUENON ET DE LA FRESNAYE                    

Cette étude est destinée à localiser les sources de pollutions bactériologiques majeures en concertation avec les acteurs du territoire. L'objectif final est de proposer un plan d'actions permettant de limiter la pollution et d'améliorer la qualité des eaux conchylicoles des baies de l'Arguenon et de la Fresnaye.                                                                        Pour ce faire un maillage très précis de mesures de concentration de la bactérie Escheria Coli (112 prélèvements) a été effectué par le Syndicat Mixte Arguenon-Penthièvre en collaboration avec Dinan Aggolmération sur les cours d'eau se rejetant dans les baies de l'Arguenon et de la Fresnaye. Cette opération a été répétée 6 fois entre l'hiver 2019 et l'été 2020 pour observer les différents scénarios hydrologiques d'une année (hiver - printemps - été) en période pluvieuse et séche.                                                                                                                                                                                        Cette méthode permet le ciblage précis des sources de pollutions impactant les rivières. 3 secteurs d'activités ressortent sur le territoire, celui du loisir, de l'assainissement et de l'activité d'élevage :

campagne prélèvements

ETUDE AGRICOLE SUR LA BANDE LITTORALE DES 500 METRES DES BAIES DE L'ARGUENON ET DE LA FRESNAYE

etude 500m

Le Syndicat Mixte Arguenon-Penthièvre a mandaté la Chambre d'Agriculture pour mener une étude sur les parcelles agricoles et les sièges d'exploitations présents dans la bande des 500 m du littoral de la zone d'étude. Sachant que le secteur agricole peut générer de la pollution bactériologique à travers l'élevage (déjections, lisier, fumier), l'objectif de cette étude est d'évaluer les risques de transferts de cette pollution vers les cours d'eau lors d'un épisode de pluie générant un ruissellement. Pour ce faire différents paramètres susceptibles de favoriser le transfert des polluants vers les cours d'eau sont évalués :

pente parcelle

ACTIONS LIMITANT LA POLLUTION BACTERIOLOGIQUE

Une fois les sources de pollutions détectées grâce aux études présentées précédemment, l'objectif est de mettre en place des actions concrètes permettant de diminuer la pollution bactériologique globlale du territoire. Malheureusement les sources de pollutions ne proviennent pas d'une seule localisation facilement identifiable mais bien de multiples secteurs d'activités répartis sur l'ensemble du territoire. En conséquence, un effort collectif de l'ensemble des acteurs concernés est nécessaire pour réduire significativement la pollution bactériologique. Les propositions de mesures envisageables et souhaitées sur les secteurs détectés comme étant les plus sensibles sont les suivants :

SECTEUR D'ASSAINISSEMENT COLLECTIF ET NON COLLECTIF 

Poursuivre l''amélioration du réseau d'assainissement collectif                         

Repérer les mauvais branchements réseau eaux usées - réseau eaux pluviales 

Restaurer les réseaux en mauvais état

Poursuivre l'amélioration du traitement des eaux usées          

Améliorer la capacité d'abattement de la pollution bactériologique des stations d'épurations

 

 

Poursuivre l'amélioration des assainissements non collectifs                    

Mise aux normes des assainissements non collectifs                                        

                                                           

SECTEUR AGRICOLE
Sur les parcelles agricoles                                                                                                                                Sur les sièges d'exploitation                                                                                                                             
  • Poursuivre la densification du réseau bocager

  • Poursuivre la mise en place d'aménagements interdisant le contact direct du bétail aux cours d'eau (abreuvoirs, passerelles, etc.)

  • Prendre en compte les caractéristiques des parcelles (pentes, bocage) pour l'épandage et le stockage des fumiers aux champs

  • Eviter autant que possible le contact des eaux pluviales avec les déjections animales pour réduire le ruissellement bactériologique

  • Vérifier régulièrement l'étanchéité des fosses à lisier

 

SECTEUR  LOISIR

qualité eau déc 2020

Les centres équestres : Surveiller les parcours des chevaux, et éviter autant que possible le contact des eaux pluviales avec les déjections animales pour réduire le ruissellement bactériologique sur les centres équestres.

Nautisme : Faire respecter la destination des eaux noires vers des lieux de traitements.

Chiens / Chevaux : Rappeler au grand public l'impact des déjections canines et équines sur la dégradation de la qualité bactériologique des eaux.

 

Carte des zones humides