Bienvenue sur le site du Syndicat Mixte Arguenon-Penthièvre


 

La mission de base du syndicat est de produire de l'eau potable pour les collectivités locales d'un territoire
correspondant au tiers du département et peuplé de 220 000 habitants.
Cette production se fait à l'usine de la Ville Hatte de Pléven,
à partir de la retenue d'eau de l'Arguenon.

Plaquette de présentation de l'usine de production d'eau potable

1997 : le Syndicat engage des actions sur le
bassin versant de l'Arguenon en amont de la
retenue afin de diminuer les riques de
pollution et de réduire ainsi les
traitements et les coûts.

2008 : Il engage des actions sur le bassin
versant en aval afin de préserver la qualité
de l'eau jusqu'au littoral. Ces démarches sont
conduites en partenariat avec l'ensemble
des                                                                                                                                                                                acteurs concernés par la préservation de l'eau et de
l'environnement
.

2014 : Le Syndicat met en oeuvre le Schéma d'Aménagement
et de Gestion des Eaux (SAGE) Arguenon-Baie de la Fresnaye :
un document de préconisations d'actions pour protéger la quantité
et la qualité des eaux et des milieux associés sur les bassins versants.

2015 : Le SMAP - porteur du SAGE - est chargé par les collectivités d'élaborer le PAPI du bassin versant de
l'Arguenon et de coordonner sa mise en oeuvre sans se substituer aux maîtres d'ouvrages locaux.

2017 : Mise en oeuvre des actions du PAPI Arguenon.  

ACTUALITE :

Offre de stage 2019Réalisation d'un diagnostic des plans d'eau sur cours d'eau de la masse d'eau de la Rosette et rédaction d'un protocole de gestion spécifique aux ouvrages pour le maintien des débits et la lutte contre les inondations

Vigilance sécheresse dans le département des Côtes d'Armor

vigilance sécheresse

Tableau de bord du SAGE Arguenon-Baie de la Fresnaye, édition 2018

tableau bord 2018

Lutter contre l'érosion des sols sur les bassins versants


Suite aux fortes pluies, des glissements de terre vers les fossés, les cours d'eau, les routes ont été constatés. Des élus et des agriculteurs souhaitent mettre en place des solutions efficaces sur la base du volontariat.

photo érosion

Des maires ont créé des commissions communales pour recenser sur le terrain les zones érosives prioritaires et ils ont demandé aux agriculteurs de proposer des solutions.

Ils témoignent :

  • Alain JAN, Maire de Corseul : "Corseul est la première commune à avoir testé la démarche. Sur 2 750 hectares de SAU, 200 hectares à risque avéré d'érosion ont été définis. Les agriculteurs ont proposé et mis en place des solutions sur 150 hectares. Le dernier épisode pluvieux (juin) a montré que les actions mises en oeuvre par les agriculteurs ont produits leurs effets : soit il n'y a pas eu de problème, soit ils ont été limtés. En revanche, là où rien n'a été fait, nous avons constaté des dégâts : les mêmes causes produisant les mêmes effets. Il est cependant clair que, de plus en plus, les agriculteurs prennent la mesure du phénomène de l'érosion des sols et de ses impacts. C'est encourageant."                                                 
  • Alain TIENGOU, agriculteur à Trédias et Vice-Président de la Chambre d'Agriculture : "Dans cette démarche, les agriculteurs sont force de propositions. Qui mieux qu'eux connaît les parcelles ? Les solutions peuvent passer par des pratiques agronomiques et des aménagements à la parcelle : couverts végétaux, assolement concerté, panachage des cultures, déplacement d'entrée de champs, bandes enherbées,talus enherbés ou plantés, ..."                                                                                                                          
  •  Jean-Luc BARBO, Vice-Président Environnement à Lamballe Terre et Mer et Président de la Commission Locale de l'Eau du SAGE de la Baie de Saint-Brieuc : "Je soutiens cette démarche et souhaite l'étendre à l'ensemble des communes de Lamballe Terre et Mer."                                                                                                                       carte communes érosion
    • Francis DAULT, Maire de Trémeur : "Nous sommes partis de ce qui s'est fait à Corseul et nous avons travaillé avec Rouillac, car la Rosette, qui est au coeur de la réflexion, ne s'arrête pas à la frontière communale."
    • Jean-Luc COUELLAN, Maire de Rouillac : "Notre terre la plus fertile part à la rivière et arrive au lac de Jugon. On a déjà désenvasé le lac. Si on peut éviter de recommencer, ce sera ça de gagné."
    •  Jean GIBLAINE, Maire de Mégrit : "Une partie de notre terre cultivable part à la rivière. Il est temps d'agir concrétement."
    • Jean-Louis NOGUES, Maire de Saint-André des Eaux et Vice-Président Environnement à Dinan agglomération : "Nos techniciens bocage et rivières se tiennent à la disposition des communes de Dinan agglomération pour les accompagner dans ces démarches participatives sur les bassins versants de l'Arguenon et de la baie de la Fresnaye."
    • Michel RAFFRAY, Président du Syndicat Mixte Arguenon-Penthièvre précise l'impact de l'érosion des sols pour la production d'eau potable : "A l'usine de Pléven, on enlève chaque jour 7 tonnes de terre en moyenne sur l'année pour 30 000 tonnes d'eau prélevée. 30 000 tonnes, c'est 10% de l'eau qui passe au pied de la station de pompage de Pléven. A la fin de l'année, ça correspond en gros à 5 hectares de terre cultivable."

    photo terres usine

    • Daniel BARON, Président de la Commission Locale de l'Eau du SAGE Arguenon-Baie de la Fresnaye rappelle les obligations du Schéma d'Aménagement et de Gestion des Eaux : "Nous devons assurer la production d'eau potable en qualité, protéger les personnes et les biens contre les inondations, améliorer la qualité des cours d'eau, lutter contre l'eutrophisation des plans d'eau, réduire la quantité de pesticides dans l'eau. La lutte contre l'érosion des sols participe à l'atteinte de ces objectifs."

       

     

    Carte des zones humides