ENSEMBLE RESTAURONS LE BOCAGE !


Dans le cadre du programme "BREIZH BOCAGE", deux maîtres d'ouvrages, Dinan Agglomération et Lamballe Terre et Mer restaurent le maillage bocager du bassin versant Arguenon et Baie de la Fresnaye. Trois agriculteurs bénéficiaires de ces programmes témoignent ! 

   TERRITOIRE DE LA BAIE DE LA FRESNAYE

 

Témoignage de Frédéric Renault, agriculteur sur la commune de Pléboulle

Monsieur Renault, pouvez-vous vous présenter ?

Nous sommes deux à travailler sur la ferme : moi, Frédéric Renault et ma femme Myriam. Nous travaillons sur 90 ha avec 70 vaches laitières.

Comment voyez-vous la haie ?

Elle structure le paysage et nous offre un beau cadre de vie, qui évolue au fil des saisons. Au regard de l'agriculture, elle a également beaucoup d'intérêts : elle protège les bêtes et les cultures du vent et du soleil. On voit très bien son intérêt par exemple, lors de la levée du maïs quand il est à l'abri d'un courant d'air, en quelques mètres, il peut y avoir une différence nette. Enfin, personnellement, la haie permet de chauffer ma maison.

Comment le bocage est présent sur votre exploitation ?

Il est présent de manière aléatoire. Sur certaines zones, il est bien présent ; les haies font le tour des parcelles, tandis que sur d'autres secteurs, il est très morcelé.

Pourquoi souhaitez-vous replanter des haies ?

Je souhaite replanter des haies dans le but d'améliorer notre cadre de vie. Il est également important pour moi d'y trouver un intérêt pour mon exploitation. A ce titre, ses bienfaits sur l'érosion des sols, la qualité de l'eau et le bien-être de mes animaux, m'intérèssent particulièrement. Ce n'est peut-être pas pour rien si nos anciens les avaient conservées. Il s'agit également de redonner une meilleure image de l'agriculture moderne et d'atténuer les critiques qui ont été faites sur le remembrement, d'autant plus que nous

  

avons aujourd'hui à disposition les connaissances et le matériel adéquat pour bien les gérer. Enfin, il y a aussi le contexte particulier de mon exploitation dont les parcelles sont situées à proximité de la baie de la Fresnaye. Pour garantir, la qualité de l'eau des zones conchylicoles (huîtres et moules), il nous est imposé la création de talus pour valoriser notre azote organique tout en réduisant le risque de ruissellement.

Que pensez-vous du programme Breizh bocage mis en place par les collectivités ?

C'est une bonne opportunité pour nous de reconstituer un maillage bocager efficace à l'échelle de nos exploitations et de le faire de manière réfléchie.

Photo famille Renault  

TERRITOIRE ARGUENON AVAL DE LA PRISE D'EAU DE PLEVEN

 

Témoignage de Franck JOSSET, agriculteur sur la commune de Bourseul

photo famille Josset

Monsieur Josset, pouvez-vous vous présenter ?

Je suis agriculteur à la limite entre Bourseul et Pluduno. Je me suis installé en 1992 et actuellement je travaille sur la ferme avec ma femme, Mireille, ainsi qu'un salarié à mi-temps. Nous travaillons sur environ 80 ha dont 30 à 40 ha de céréales, avec 50 vaches laitières et 140 truies naisseur-engraisseur.

Que pensez-vous des haies ?

Elles ont beaucoup d'intérêts, elles organisent le paysage et l'embellissent. De plus, elles limitent l'érosion du sol, protègent les bêtes du vent et du soleil et ont un impact positif sur la qualité de l'eau. Elles permettent également à la petite faune (insectes, oiseaux, ...) d'être plus présente et d'avoir une régulation naturelle. Cela peut nous permettre de limiter l'utilisation des produits phytosanitaires, qui sont aujourd'hui de plus en plus décriés.

Comment le bocage est présent sur votre exploitation ? 

Il est très peu présent ou morcelé sur mes terres exploitées. Le remembrement de 1986 a enlevé beaucoup de talus, ce qui a provoqué beaucoup plus d'érosion sur nos parcelles. Suite à ce constat, nous avons cherché à trouver des solutions. Ainsi, en 1995 je me suis dirigé avec mon 

        

père vers un travail du sol en semis direct avec beaucoup de fourrage. Cela a sensiblement limité l'érosion et enrichi mon sol en matière organique et humus. Ce qui m'a permis de conserver mes rendements voire même de les améliorer, car l'enracinement des cultures est meilleur.

Pourquoi souhaitez-vous replanter des haies ?

Comme je l'ai dit précédemment, pour que la haie redonne à mon exploitation tous les intérêts q'uelle peut lui apporter. Il s'agit également de soutenir et répondre au développement de la filière bois, qui, selon nous est promise à un bel avenir, notamment dans le cadre des constructions de chaudières qu'il faudra alimenter. Dans le cadre de ces actions, ma motiviation principale reste toutefois le fait de limiter l'érosion des terres afin de pallier aux problèmes d'envasement (rivières, lacs et baie) qui ont un coût pour la collectivité. Enfin, nous travaillons en contact avec la nature au quotidien, et il est de notre devoir de la préserver, notamment pour nos enfants.

Que pensez-vous de Breizh bocage ?

Ce programme est intéressant car il nous incite à planter, à restaurer notre paysage et il s'inscrit sur la durée grâce à un suivi des plants sur plusieurs années, compétence que nous n'avons pas forcément.

photo haie Josset

TERRITOIRE ARGUENON AMONT DE LA PRISE D'EAU DE PLEVEN

 

Témoignage de David SAMSON, agriculteur sur la commune de Plénée-Jugon

Monsieur Samson, pouvez-vous vous présenter ?

Je m'appelle David Samson, installé avec mon frère Gérard au sein du GAEC BREIZH-UHEL. L'exploitation a une surface de 52 ha pour un élevage de 60 vaches laitières. Nous pratiquons une agriculture raisonnée , avec peu d'utilisation de produits phytosanitaires.

Quelle est votre vision du bocage ?

Ici, le remembrement a dénudé les parcelles. Nous avons perdu le paysage d'il y a 40 ans. Pourtant, les arbres nous rendent plein de services.

Selon vous, quel rôle a le bocage dans votre exploitation ?

Les arbres sont des êtres vivants, ils nous rendent service. Ils retiennent l'humidité, pour le climat et les cultures, limitent l'érosion, donnent de l'ombre aux vaches ... Ils abritent une biodiversité importante (insectes, oiseaux, mammifères). Le bocage fait partie du parcellaire, il me sert aussi à me chauffer, même si je n'aime pas abattre les chênes et les hêtres, qui me passionnent. C'est aussi pour ça que je laisse les jeunes arbres se développer et que je les déplace au besoin pour regarnir d'autres haies. Mon idée est de rendre sa place aux haies et aux arbres, et de les valoriser. J'espère que davantage de sociétés, d'entreprises ou de collectivités travailleront sur cette 

photo haie Samson

 

Photo famille Samsonvalorisation (utiliser l'arbre pour en faire du bois de chauffage, du paillis, etc, ...) afin de redonner une place au bocage.

C'est pour cela que vous avez porté des projets de plantation ?

Oui, pour remettre du bocage dans le paysage et aussi pour limiter le ruissellement, qui entraîne la perte de ma terre dans le cours d'eau et la pollution. Par cette démarche, je veux aussi redonner un lieu de vie à la faune. C'est pour cela qu'on a réalisé des plantations sur 3 km dans le parcellaire.

Que pensez-vous de programme bocager porté par la Communauté d'Agglomération Lamballe Terre et Mer ?

Je pense que le programme Breizh bocage est un bon outil, nécessaire. Il nous permet de remettre en état le bocage, gratuitement parce que les travaux et les premiers entretiens sont pris en charge. On peut voir aujourd'hui une amélioration, il y a des projets qui poussent un peu partout, c'est réconfortant. Je tire mon chapeau également aux intervenants (techniciens, entreprises) pour le travail réalisé et l'intérêt porté à l'arbre.

Vous avez un projet de restauration du bocage, voici les contacts :


carte répartition bocage

  

 

légende répartition carte bocage

 affiche expo MPN           tableau qualité eau 1er trimestre 2019