Bienvenue sur le site du Syndicat Mixte Arguenon-Penthièvre


La mission de base du syndicat est de produire de l'eau potable
pour l'est du département des Côtes d'Armor.
Cette production se fait dans l'usine de la
Ville Hatte de Pléven, à partir de la
retenue d'eau de l'Arguenon.


Depuis 1997, il est aussi missionné
pour protéger la qualité des eaux
du bassin versant de l'Arguenon.
Le SMAP mène des actions auprès
des exploitations agricoles, communes,
écoles et particuliers.


A partir de 2009, le syndicat est la structure
porteuse du Schéma d'Aménagement et de Gestion
des Eaux (SAGE) Arguenon-Baie de la Fresnaye.

 

1998 – 2013 : 15 ans d’actions avec les agriculteurs pour diminuer les fuites de nitrates et pesticides vers les cours d’eau.


ACTIONS REGLEMENTAIRES : La résorption et l’augmentation du stockage des lisiers et fumiers étaient des préalables à l’amélioration des pratiques culturales.

  • La résorption des surplus de lisier et de fumiera été réalisée via :
    • la réalisation d’une soixantaine de stations de traitement du lisier.
    • les exportations des surplus hors bassin versant.
    • l’utilisation d’aliments pour porcs et volailles mieux dosés en azote.
  • L’agrandissement des fosses à lisier a permis d’augmenter la durée de stockage pour l’épandre au  moment où les cultures en ont besoin.
  • Le calcul des justes doses de fumier, lisier, engrais si nécessaire à apporter aux cultures. La dose totale d’azote est actuellement limitée à 140-160 kg/ha pour le bassin versant en amont de la prise d’eau.
  • La généralisation des couverts végétaux après récolte pour piéger les nitrates en automne-hiver.
  • L’implantation de bandes enherbées le long des cours d’eau ; le non apport de pesticides au bord de cours d’eau, plans d’eau (5m),fossés (1m).

 

ACTIONS BASEES SUR LE VOLONTARIAT : Le Groupe de Pilotage Agricole  (composé à parité d’élus du SMAP et d’agriculteurs du bassin versant désignés par  la Chambre d’agriculture) définit  les actions et suit  leur mise en œuvre dans le cadre d’un marché public entre le SMAP et la Chambre d’agriculture.

  • Actions nitrates volontaires ; Elles consistent par exemple à :BandeDoubleDensit
    • Adapter les doses et dates d’apport d’azote aux cultures à partir des analyses de reliquats d’azote après récolte, améliorer la couverture des sols en hiver.
    • Mettre en place des bandes  témoins avec  semis plus dense de blé  :  « Avec  la bande témoin c’est le blé qui dit quand il a faim ». Tant que la bande reste verte, il y a assez d’azote pour nourrir le blé. Le jaunissement indique une carence en azote : c’est  le  bon moment  pour  apporter  de  l’azote  à  toute  la  parcelle.  Inutile  et  anti- économique d’apporter de l’azote sur des sols gorgés d’eau.

     

  • Actions pesticides volontaires: les agriculteurs se sont engagés à améliorer leurs pratiques au siège d'exploitation et aux champs.

    • DemoAgricoleLes sites de remplissage du pulvérisateur et les locaux de stockage des produits de traitement ont été aménagés et les pesticides non utilisables ou périmés sont collectés, ainsi que les emballages.
    • Les parcelles à risques de ruissellement de pesticides vers les cours d'eau ont été recensées dans 120 exploitations.
    • Par contrat individuel « Mesures Agro-environnementales » de 2009 à 2013,100 exploitations se sont engagées à réduire les doses de traitements aux champs.
    • 600  agriculteurs  ont  participé  à des démonstrations de désherbage mécanique du maïs depuis 2010. L’achat  de  16  bineuses  a  été subventionné par l’Etat, l’Europe, le Conseil Régional et l’Agence de l’Eau.

 

OBJECTIF 2014-2018 : Continuer à développer une agronomie innovante et performante pour protéger les sols et l’eau

 

Evolution sur 20 ans des teneurs en nitrates et pesticides à la prise d’eau de l’Arguenon à Pléven (Source: Agence Régionale de Santé)


L'eau prélevée et traitée à l’usine de la Ville Hatte est contrôlée à la fois avant  et  après  traitement  par l’Agence  Régionale  de  Santé.  Les teneurs  en nitrates  sont  analysées une fois par semaine. La  limite  réglementaire  pour  les eaux  superficielles  destinées  à  la consommation  humaine  est  de  50 milligrammes  par  litre  pour  au moins  95%  du  temps.  Cette  limite est respectée depuis quatre années consécutives.

Nitrates1

 

Le contrôle des  teneurs en pesticides s'effectue une fois par mois. L’objectif  pesticides à la prise d’eau est de zéro dépassement de  la valeur de 1 microgramme par  litre  (µg/l) pour  le  total des pesticides. L’objectif est  respecté depuis 2 années consécutives cependant les analyses révèlent  un nombre plus important de pesticides différents à petite dose : sur 80 molécules recherchées depuis 2000, jusqu’à 25 molécules ont été détectées par an.

  • Avant les années 2000, deux désherbants  sont essentiellement détectés : l’atrazine utilisée en agriculture et le diuron, utilisé par les collectivités et les particuliers. Ces désherbants sont désormais interdits en France.
  • Depuis  2000,  le  produit  le  plus  fréquemment  détecté  est  l’AMPA,  issu  de  la  dégradation  du  glyphosate (exemple le  Roundup utilisé par tous). D’autres molécules sont retrouvées telles que l’hydroxyatrazine (dérivé de l’atrazine), des désherbants céréales et maïs, et un anti-limaces, le métaldéhyde utilisé par tous. Les informations sur la qualité de l'eau de votre robinet sont disponibles sur votre facture d'eau, en mairie ou sur le site officiel : www.eaupotable.sante.gouv.fr

     

  • pesticides stats